Découverte

Les lunettes en écaille, la signature de Saint-Germain-des-Prés

lunette en écaille

Nos lunettes en écaille se sont promenées à Paris dans leur quartier de prédilection, Saint-Germain-des-Prés, à la recherche du Paris littéraire, du quartier des éditeurs…

C’est au coin d’une rue, non loin de la place Saint-Sulpice et du Luxembourg, que nos lunettes en écaille se sont arrêtées devant un mur couvert d’un long poème d’Arthur Rimbaud, le Bateau Ivre. Les mots couchés sur la pierre ont attiré notre regard, comme par magie. Un monsieur d’un certain âge, assis sur son baluchon, en face du mur s’est approché d’un pas léger, un sourire aux lèvres. “Vos lunettes en écaille sont-elles grossissantes?” a-t-il demandé avec une belle voix que l’on n’aurait jamais soupçonnée eu égard à son aspect. “Cela me rappelle un film où l’on voyait le monde à travers le prisme des verres de lunettes en écaille comme celles-ci. Puis-je voir la photo?” Ah non! répondit-il, elles ne grossissent pas. Il s’éloigna déçu…

A l’ombre de cette ruelle, mes lunettes en écaille sur le nez, je continuais à me délecter de ce magnifique poème découvert au hasard de mes pérégrinations rive gauche, tel un beau clin d’oeil à ce quartier où se croisèrent les plus grands écrivains français et étrangers. Certes loin des terrasses littéraires, comme celle du Flore mais tout près de prestigieuses maisons d’édition.

Leur signature? Une paire de lunettes en écaille, des lunettes rondes ou pantos de préférence. Paris quand tu nous charmes.

 

Partagez cet article!

Share on Facebook Tweet this!

Laisser un commentaire

*

*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *