Célébrités

Jackie et ses lunettes : un été d’élégance

DR

Qu’elle soit Kennedy ou Onassis, son destin la ramène toujours vers la mer, Long Island aux USA, l’île de Skorpios en Grèce…

Elle conservait ses nombreuses paires de lunettes de soleil dans un panier posé à l’entrée de son appartement ou près de la porte des innombrables chambres qu’elle occupait pour un temps. La lunette est, par nature, l’accessoire qui donne la touche finale, celui que l’on considère en dernier, une fois maquillée, habillée, bijoutée, prête à sortir. L’objet du face à soi.

 

Toujours en mouvement, l’icône chic -n’en déplaise aux différentes grandes marques qui aujourd’hui la célèbrent en rééditant de-ci de-là un modèle de lunette qu’elles présentent toutes comme étant Sa signature- changeait de monture au gré de son humeur, de ses tenues et de son emploi du temps. Le choix de lunettes overzise par exemple, était dicté autant par son goût de la mode que par ses obligations de femme du monde. Elles l’aidaient quelquefois à séduire, à parfaire une toilette ou bien à dissimuler ses émotions ou bien encore à se protéger du regard fou des caméras qui s’abreuvaient sans relâche de son image. Il en allait de même des gants qu’elle enfilait pour cacher les tâches de nicotine qu’elle portait sur les doigts : ils sublimaient son style tout en en préservant son intimité.

DR

Ce qui fascine chez Jackie Kennedy, c’est ce mélange rare, d’apparente futilité, de force et de fragilité. A travers le Twin Set sourd un volcan, sous la jupe -à jamais droite- une tempête, derrière ses verres noirs guette une défaillance… Elle est toujours parfaite mais l’on sent, imperceptiblement, que le vernis ne tient à presque rien, qu’il est là, tout prêt à s’effondrer.

DR

Voilà ce qu’est le style Jackie, une maîtrise de soi, l’équilibre délicat à trouver et à renouveler chaque jour entre vie sociale et vie privée; équilibre qui ne repose que sur un fil et que sous-tendent les lunettes en ne dévoilant que la part d’intimité consentie ou en masquant celle refusée; n’être jamais prise à défaut, l’élégance pour forme de politesse, joyeuse ou désespérée.

Serge Vandemergel

Partagez cet article!

Share on Facebook Tweet this!
  1. Romain
    14 juillet 2009 à 18 h 08 min

    Jackie était d’une incroyable élégance, c’est vrai. J’ignorais qu’elle jouait autant avec les lunettes de soleil. Je croyais en fait qu’elle portait toujours la même. Bravo!

  2. Sophie
    14 juillet 2009 à 19 h 47 min

    C’est une panthère brune!

  3. Hannah from Berlin
    15 juillet 2009 à 12 h 11 min

    What classic chic!

Laisser un commentaire

*

*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *