Les conseils LE Saint Valentin

Saint Valentin: l’érotisme des lunettes

Si votre amoureuse ou votre amoureux ne comprend pas que les lunettes sont un objet de pure séduction, alors, sachez, en cette Saint Valentin, que vous vivez (avec elle ou avec lui) une histoire qui ne possèdera jamais de véritable dimension érotique.

Il en va de la lunette comme de la caresse. Celle du regard, celle de la peau. D’ailleurs, la lunette est, mis à par les vêtements, le seul accessoire que l’on porte aussi prés du corps. A même le corps en l’occurrence, un peu comme de la lingerie. Le parallèle est judicieux à plus d’un égard : le dessin, la matière, le touché… avoir envie de retirer les lunettes de l’être désiré, c’est songer à le découvrir, à le déshabiller, comme effleurer ses dessous, en pensées ou du bout des doigts.

J’ai toujours été convaincu que les femmes qui portent de belles lunettes sont également celles qui dissimulent la lingerie la plus raffinée, la plus attrayante. La fonction des deux accessoires est proche: ils établissent une distance, vraie ou fausse, dans laquelle réside toute l’énigme de la séduction. A la fois instrument de pudeur et de provocation, ils nous couvrent pour, si nous le décidons, être ensuite habilement dénudé. On peut tous deux les faire glisser ou bien les arracher et les faire tomber, d’un seul coup…

Comme la lingerie, la lunette révèle et masque à la fois. Elle nous permet d’être deviné plutôt que crûment envisagé ou banalement regardé. Elle pose une énigme. On peut tout aussi bien veiller à cacher le haut de ces bas sous sa jupe que son regard derrière des verres noirs. Libre aussi de n’en laisser voir ou suggérer qu’une infime partie, un clin d’oeil.

La lunette est profondément érotique et joueuse : elle attire et repousse au grès de notre humeur et de nos fantasmes. Je me cache derrière elle, je me mets en scène grâce à elle; jeu des yeux, des cheveux, du désir, de l’émotion, des mains qui ordonnent ou désordonnent… jeux de la Saint Valentin.

Serge Vandemergel

Partagez cet article!

Share on Facebook Tweet this!

Laisser un commentaire

*

*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *